Perle de sens – Bioanalogie – Blandine Telmon – habitat - maison

Habiter la terre

 

L’homme a le besoin de s’abriter, de s’isoler du milieu extérieur dans un espace clos qui lui assure une protection et une certaine intimité. Au fil des siècles et au gré des continents, cavernes, huttes, tipis, cabanes, yourtes, châteaux, chalets, maisons ou appartements ont rempli ce rôle. Si l’homme nomade vit dans un habitat léger et temporaire, l’homme sédentaire s’approprie un espace où il vit dans un habitat fixe et massif. Et nous, comment habitons-nous la terre ? Quelle est notre relation à notre demeure ?

 

Notre « chez nous »

Perle de sens – Bioanalogie – Blandine Telmon – habitat - maisonNotre demeure est un espace délimité privé séparé de l’espace public. Isolée du monde extérieur, elle préserve notre intimité et nous procure un espace de sécurité dans lequel nous pouvons nous reposer. Demeure, foyer, logement, habitation, maison… autant de termes pour désigner ce lieu où nous entreposons nos affaires personnelles et en faisons un prolongement de nous-même. Nous y restons, en partons et y revenons pour nous y poser. Nous l’habitons, nous y vivons, nous le chauffons et lui donnons une ambiance, une « âme » et des nuances qui nous ressemblent et nous dévoilent. Notre maison est donc un espace où notre identité est mise en scène.

« Un lieu habité par la même personne pendant une certaine durée en dessine un portrait ressemblant, à partir des objets et des usages qu’ils supposent. L’ordre et le désordre, le visible et l’invisible, l’harmonie et les discordances, l’austérité ou l’élégance, le soin ou la négligence, le règne de la convention ou les touches d’exotisme, etc. »

Michel de Certeau, Luce Giard et Pierre Mayol

Notre habitat est l’espace où nous nous reconnaissons dans notre façon de vivre, dans notre façon d’être. Il est aussi le lieu de notre sécurité, de notre côté sédentaire. À la lumière de la loi du principe, chaque événement qui nous touche en lien avec notre « chez-nous » parle donc de nous, de notre intérieur, de notre histoire et de notre sécurité. Et le type d’habitation apporte une petite précision, pas indispensable mais très intéressante…

Ce ne sont pas les lieux, c’est son coeur qu’on habite.” John Milton

 

 

Habitats fixes

Une habitation fixe, stable et solide nous parle de notre sécurité intérieure construite sur notre vérité, notre authenticité.

Perle de sens – Bioanalogie – Blandine Telmon – habitat - maisonLa maison individuelle isolée

Une maison spacieuse qui s’ouvre sur un terrain privé est le rêve de nombreux occidentaux. A l’abri des regards, isolée des voisins et des passants, elle offre un large espace d’intimité, de respiration et de confort individuel.

La vie dans une maison individuelle isolée m’invite à vivre l’être unique, original et singulier que je suis.

Nous sommes chacun unique (il n’y en a pas deux comme nous), original (c’est la première fois dans l’univers que l’expérience de ce que nous sommes est faite) et singulier (non reproductible). Nous avons tendance à oublier cette unicité, cette originalité et cette singularité. Il n’y a aucun équivalent à nous même. Chacun de nous est un univers unique que seul nous pouvons expérimenter. À nous de vivre ce que nous sommes sans aucune validation ni référence extérieure !

 

La maison individuelle groupée

Perle de sens – Bioanalogie – Blandine Telmon – habitat - maisonLorsque nous vivons dans un lotissement dense ou dans une maison mitoyenne, nous disposons d’un espace intérieur spacieux et dès que nous sortons de la maison, nous partageons l’espace sonore et visuel des voisins.

La vie dans une maison individuelle groupée m’invite à me laisser surprendre par la vie, à rencontrer et découvrir l’inconnu.

Par sécurité, nous reproduisons ce que nous connaissons et ne sommes pas toujours ouverts aux surprises que nous présente la vie. Or la vie est une expérimentation et une rencontre de chaque instant. Elle nous invite à nous laisser surprendre par notre propre jeu de la vie.

 

L’appartement

Perle de sens – Bioanalogie – Blandine Telmon – habitat - maisonVivre en appartement, c’est vivre dans le même immeuble que de nombreux voisins. Nous partageons avec eux au moins l’entrée et la cage d’escalier et notre ouverture vers l’extérieur se limite à un jardinet, une terrasse, un balcon ou des fenêtres. L’espace privé est assez confiné et l’espace partagé est commun avec de nombreux voisins qui vivent dans les autres appartements, dessus, dessous, de droite et de gauche.

La vie dans un appartement m’invite à expérimenter mes limites, la rencontre entre mon intérieur et l’extérieur.

Nos limites et contraintes sont le siège de notre expérimentation. Comment vivons-nous nos limites (limites de notre corps, de notre lieu de vie, de notre culture…) ? Voyons nous nos limites comme des contraintes ? Et si nous allions à leur rencontre avec nos cinq sens, sans réserve ?

« Un être humain, c’est un être de lumière libre, qui se fait braise quand il tombe, qui se fait incendie quand il se relève. » Nelson Mandela

 

Habitats mobiles

Une habitation mobile nous parle de notre sécurité intérieure construite sur notre liberté, notre autonomie et notre ouverture d’esprit.

Les habitats roulants

Perle de sens – Bioanalogie – Blandine Telmon – habitat - maisonCamping-car, van, caravane, roulotte, mobil-home, bus ou camion aménagé ne sont pas réservés à un habitat temporaire. Ils offre un réel sentiment de liberté et d’autonomie à leurs habitants, heureux de pouvoir voyager, bouger, changer d’horizon avec leur maison.

La tortue est la plus sage car elle transporte sa maison.” Proverbe malien

La vie dans un habitat roulant m’invite à être autonome dans mon évolution personnelle.

Nous pensons souvent que nous devons nous adapter à notre environnement, à la société, aux autres, que nous devons nous modérer pour ne pas déranger. Mais avons nous vraiment à nous adapter ? Qu’est-ce qui peut justifier que nous nous adaptions ? Si au lieu de nous adapter nous nous choisissions et vivions tel que nous sommes ? Pourquoi restreindre notre puissance, notre potentiel pour nous adapter à l’extérieur ?

« Ne vous jugez pas sur le chemin de votre évolution. Ne vous évaluez pas sans cesse.
Une plante pousse difficilement si vous la déterrez tous les matins pour vérifier l’état de son enracinement
. » Christiane Singer

Les habitats flottants

Perle de sens – Bioanalogie – Blandine Telmon – habitat - maisonVoilier au port, péniche sur le fleuve ou maison flottante, notre habitation est portée par l’eau et accueille chacun de ses mouvements.

La vie dans un habitat flottant m’invite à m’accueillir tel que je suis.

Lorsque nous nous accueillons avec bienveillance tel que nous sommes, comme notre meilleur ami sait le faire, voilà que l’amour est là et circule ! Il n’est pas toujours facile d’être bienveillant avec nous-même. Nous nous reprochons d’avoir agit ainsi, fait tel choix, dit ceci ou cela et nous aimerions que les choses soient différentes. Et s’il était temps de reconnaître et d’accueillir la bête en nous ?

Les habitats démontables

Perle de sens – Bioanalogie – Blandine Telmon – habitat - maisonTente, tipi, yourte, igloo ou cabane, certains habitats peuvent être réduits à l’état de pièces pour être transportés et remontés dans un autre lieu. Ils sont capable de changer de forme pour retrouver leur forme ailleurs. Ce sont les habitats nomades par excellence, légers, mobiles et écologiques, des « habitats plumes » comme l’a écrit Christian La Grange.

La vie dans un habitat démontable m’invite à expérimenter l’instant présent sans attente, sans obligation de résultat, sans intention.

La vie n’est pas un but à atteindre mais une expérimentation de chaque instant. Savons nous vivre tel un enfant dans l’éclat de l’instant ? Nous sommes tous des enfants LIEN enfants et sommes tous capables de vivre l’intensité de la vie sans tendre vers un but auquel nous restons accroché.

« Il n’y a plus de chemin, chaque instant est un sommet. » Gitta Mallasz

 

Perle de sens – Bioanalogie – Blandine Telmon – habitat - maison

Nous avons tous besoin d’un espace circonscrit, d’une sorte d’enclave dans l’espace collectif, comme une tanière, où notre individualité, libre des contingences du vivre ensemble, cède la place au vivre en soi et pour soi. C’est dire si l’habitat est une chose sérieuse et qu’habiter ne consiste pas seulement à occuper un abri, mais à ressentir à quel point il est en adéquation, en harmonie avec son corps, son esprit et sa sensibilité.” Pierre Rabhi

 

Et vous, comment est votre habitation ? Comment vous y sentez-vous ? Comment parle t’elle de vous ? N’hésitez pas à partager vos expériences, vos ressentis, vos observations, vos questionnements au sujet de l’habitat dans l’espace de commentaires tout en bas de cette page. Votre participation est précieuse pou tous ! Merci.

Photos : Unsplash

Partagez !
Click Here to Leave a Comment Below 4 comments

​Expérimentez dès maintenant mes 9 clés pour choisir de croquer la vie !

Votre adresse mail est enregistrée dans un fichier informatisé. En indiquant ​cette adresse, vous acceptez de recevoir ​mon cadeau​, les nouvelles perles du blog et mes offres personnalisées. Vous pouvez vous désinscrire a tout moment en m'adressant un mail ou à travers le lien de désinscription présent dans chaque envoi.